L’inquadrangle

Selon l’historien de l’art et critique Arthur DANTO, une œuvre d’art n’est pas un objet ayant des propriétés physiques particulière, mais un objet qu’on se représente comme ayant une signification particulière ; c’est donc l’interprétation qui fait l’œuvre. Il précise par ailleurs qu’il est préalablement nécessaire de savoir ce qu’est une œuvre d’art pour pouvoir regarder et voir.
Pour Nelson GOODMAN : « Une œuvre fonctionne, dans la mesure où elle est comprise, où ce qu’elle symbolise et le façon dont elle le symbolise est discerné et affecte la façon dont nous organisons et percevons le monde ».
Le quadrangle ou encore le « Carré noir sur fond blanc » de Malévitch, ne veut pas porter de sens et « être » tout simplement (Libération de la peinture qui fait référence). « Inquadrangle » (carré blanc sur fond noir) est un ready-made, mais également une peinture (sacs plastiques et toile de jute récupérés, marouflés et peints, sur panneau). Il dénonce l’Inconstance et l’hypocrisie du système : Les granules de bois constituent-elles réellement un combustible écologique lorsqu’elles sont conditionnées sous emballages en matières plastiques non recyclables ? Ce phénomène est également observable, en ce qui concerne la toxicité des batteries équipant les véhicules « propres ».
Le carré blanc fut le signalétique d’avertissement en usage à la télévision, du 26 mars 1961 à l’année 1998. Je l’ai ici matérialisé en toile de jute, matière naturelle, sensée occulter, à la manière des pouvoirs en place, l’utilisation commerciale de la matière polluante que constitue le plastique.


[mailerlite_form form_id=1]

Retour haut de page