Now Art = Radical Art

L’art, comme le réel, est incommensurable à l’esprit, qui ne peut s’unir à lui qu’au prix de sa dégradation. L’élaboration de certaines œuvres peut d’ailleurs être attribuée à une forme pathologique, sans que cette dernière n’en soit cependant la raison interne. L’objectif de l’art radical est d’être absolu et exclusif en tant qu’entité unique, isolé et distinct du reste ; de ne pas être objectif, représentatif, figuratif, subjectif, expressionniste.

Le seul sujet de l’art moderne a été la conscientisation de l’art en tant que lui-même, de son essence, de sa raison d’être, de son histoire, de son évolution, de son identité, de sa liberté, de sa dignité, de son éthique, de sa morale, de son devenir, accablé par ses processus, ses codes et significations. Trois millénaires d’art occidental et oriental expriment la même thématique, l’unique signification de l’art intemporel mondial. Seuls l’art radical, la conviction de l’esprit artistique immuable et la considération abstraite du but-de-l’art-en-tant-que-l’art, rendent l’art accessible.

Au XVII ième siècle, l’idée de l’art « beau », « élevé », « noble », « libéral, « idéal » est de distinguer les beaux-arts et les arts intellectuels des arts manuels et de l’artisanat. Au XVIII ième, l’intention du vocable « esthétique » est d’isoler l’expérience artistique des autres. L’unique déclaration de tous les mouvements artistiques du XIX ième est celle de « l’indépendance » de l’art. L’unique question, l’unique principe, l’unique crise dans l’art du XX ième siècle est la « pureté » de l’art sans compromission ; de conscientiser le fait que l’art provient seulement de l’art et de nulle autre chose.

La seule signification de l’art radical est la volonté artistique, isolée de toute autre chose.

L’objet artistique détaché de son époque, de son lieu originel de son contexte et de son éthique se vide.